Crêperie à Saint Malo, le Corps de Garde






Vous voilà installés. Oh, rassurez-vous ! Je ne compte pas vous empêcher de manger, ni vous saouler avec de vrais faux faits historiques dont les contes malouins ont seuls le secret…



Je veux vous souhaiter la bienvenue au Corps de Garde, joyau niché à l’abri des remparts, hier poste militaire, aujourd’hui halte culinaire. L’avez-vous remarqué ? Une certaine idée du passé imprègne encore ces murs. Laissez venir à vous le cliquetis des armes contre la pierre, l’écho des pas sur le pavé des ruelles, les lueurs pâles des lanternes jalonnant le passage des gardes de lucioles embuées…


Mais ce n’est pas encore l’heure de la relève. Profitez-en ! Chacune de nos spécialités vous offre une occasion de refaire ce voyage dans le temps. Toutes, elles portent le nom d’une balise ou d’un rocher de la baie de Saint Malo ! Alors, dans quelques minutes, vous reconnaîtrez peut-être ce vent qui fait frissonner les gardes au tomber du jour, le cri des chiens qui filent au creux des pierres, les voix gaillardes des hommes prêts au combat. Vous retrouverez la couleur du vieux cidre et l’odeur fanée du tabac mouillé. Jetez un regard furtif vers le large. Distinguez-vous au loin l’ombre des navires ennemis qui viennent défier la cité  ?



Alors ? Vous voyez ? La magie du lieu vous rattrape ! Accrochez du regard ce goéland fier et silencieux bravant la dernière tempête d’équinoxe. Et, entre sucré et salé, laissez-vous bercer par ces instants moelleux que vous allez passer dans notre repaire enchanté !



Bon appétit !



Robert Le Fahou, membre de la garde spéciale du Corps de Garde. Janvier 1508